Un poste à galène ultrasimple

(Joseph-Henri Lévy)
 

Carnets TSF

photo 1
Sur le poste ci-contre, il n'y a pas de condensateur variable d'accord, c'est donc la station la plus puissante qui l'emporte. Attention, il faut une belle antenne (>20 m) et une bonne terre pour capter une station éloignée. L'absence de condensateur d'accord devait en faire un poste d'entrée de gamme. Cela dit, il y avait sans doute moins de stations qu'aujourd'hui

Carnets TSF
fig.1
 
Carnets TSF
fig.2


Un schéma synoptique (fig.2) permet de se faire une idée de l'utilisation du poste. On recherche la réception en «titillant» la pointe du ressort sur le morceau de galène coincé par une vis de serrage. Le condensateur Mikado de 0,2/1000e de µF ( 0.2nF), filtre le résidu "haute fréquence" favorisant le signal audible. Une des deux bobines est mobile. Lorsqu'on l'éloigne de la bobine fixe, on augmente la sélectivité : on sépare mieux les émetteurs trop proches.


 

Un coup d'œil sur les signaux


Carnets TSF
Quelques signaux prélevés sur le dispositif sont montrés plus bas. Pour rendre les signaux visibles, le poste est attaqué non pas par une antenne mais un générateur HF réglé sur 370KHZ et modulé à 1100Hz . Pour mieux simuler le comportement réel, un dipôle appelé "antenne fictive" est placé entre le générateur et l'entrée antenne du poste à galène.
Sur la dernière figure, la détection a eu lieu. Le résidu HF sera filtré par le condensateur en parallèle sur le casque.
Carnets TSF Carnets TSF

Carnets TSF

On observe la détection caractéristique de la galène. C'est la dissymétrie de la fonction Tension/Courant qui rend celle-ci possible.

Carnets TSF

On peut assimiler le cristal de galène et la pointe au montage diode/résistances suivant :

Carnets TSF
D'étonnants détecteurs
Carnets TSF Puisqu'il suffit d'une forte dissymétrie de la courbe U/I, des montages détecteurs assez bizarr ont été expérimentés : ici une lame de rasoir et une épingle de sureté en guise de pointe