Les circuits d'une TSF

Introduction

La structure des récepteurs radio a évoluée au cours du temps. Les premiers ne traitaient que les signaux télégraphiques, puis la radiophonie en modulation d'amplitude (AM). La réception en modulation de fréquence (FM) a permis une écoute sans parasites et dans un spectre de fréquence audible plus complet pour l'oreille humaine. La réception d’émission en stéréophonie permet enfin de parler de Haute-fidélité.

On peut classer les récepteurs dans les catégories suivantes :
  • Postes à galène
  • Récepteurs à réaction
  • Récepteurs superhétérodynes
  • Récepteurs FM (stéréophoniques ou non)
  • Récepteurs numériques (non traité ici)
 

Le poste à galène.

Il permettait de recevoir les émissions en modulation d'amplitude sans apport d’énergie issue d’une pile ou d’une alimentation secteur. L’énergie faisant vibrer les membranes des écouteurs provient de l’onde électromagnétique porteuse. Il fallait une très bonne antenne et être suffisamment prêt de l’émetteur pour avoir un son audible. Un description de ce type de récepteur est disponible à la page un galène de ce site.
 

Le poste à changement de fréquence, dit superhétérodyne

Ici, le synoptique et le schéma d'un poste superhétérodyne. Il apparaît dans les années 30. Les postes analogiques actuels sont toujours basés sur ce principe.
 
Dans le tableau ci-dessous, on trouvera la liste des briques constituant une TSF selon sa typologie
 
  Accord Ampli
HF
chgt
Fréquence
Ampli
MF
CAG Détection Apmli
BF
Ecouteur
ou HP
Alim.
Poste à galène X         X    
Galène amplifié           X X X X
Poste à réaction X X       X X X X
Superhétérodyne X X X X X X X X X
 
Dans le tableau ci-contre, on trouvera la liste des briques constituant une TSF selon sa typologie
 

Sources et références

[1] Paul BERCHE, "Pratique et théorie de la TSF", Librairie de la Radio, Paris, 1937, revue par Roger RAFFIN, 1958.

[2] Lucien CHRETIEN, "Théorie et Pratique de la Radioélectricité", Editions Chiron, Paris, 1933.